Dentiste/Curé : même combat !

Publié le 10 mai 2022 à 21h44 par Caro Dem au cours de l'atelier d'écriture: Atelier au Long cours

Aller chez le dentiste, c’est un peu comme aller à l’Eglise
D’abord, il y fait toujours froid et on ne s’y sent jamais à l’aise
Le délai interminable de la salle d’attente de chez le dentiste après 19H
Est semblable au purgatoire intérieur d’une messe en latin
Ensuite, on y vient toujours parce qu’on a « pêché ».
Oui, NOUS, pauvres pêcheurs,
Nous qui gâtons nos dents à force de caries, de sachets de sucreries, engloutis…
Ou pêcheurs, tout simplement car Hommes, donc commmettant des erreurs
Puis, le dentiste et le prêtre trifouille vos tréfonds,
Chez le dentiste, vos dents, chez le prêtre, votre âme
Ca n’est pas très agréable !
Ils vous vont tous les deux faire des vocalises à base de zig-zags de « OHHH » et de « HAAAA » tonitruants, intempestifs et répétés, rythmés par le son de la fraise qui titille nos molaires chez le dentiste et de l’orgue qui nous donne à chaque fois envie de nous tirer une balle dès notre sortie du lieu saint.
Le dentiste et le curé, sont tous deux effrayants, avec leurs sourires crispés, leurs blouses (trop grandes) tâchés de rouge, tantôt par le sang d’une chirurie maxilofaciale ratée chez l’un, ou carrément le sang du Père, du Fils, ou du Saint-Esprit (je n’ai toujours pas compris si ils étaient Un ou Trois, ou les deux), chez l’autre.
Enfin, on sort toujours de ces endroits un peu ahurris, vannés, avec une mauvaise haleine de poudre gingivale chimique ou d’ostie, rempli de bonnes résolutions, mais surtout celle de ne pas y retourner avant longtemps.