Une vie

Publié le 9 octobre 2021 à 13h35 par Sophie T au cours de l'atelier d'écriture: Atelier au Long cours

Pas d'image d'illustation

sur en la assise est carton. méridienne Romane

long – « une » c’est dit-elle. vie

– scène. le en metteur drôle » « t’es dit

Romane. texte » – de « je dit ton parle

de – roman de du Maupassant ». « enfin adaptation ton

 

y tu elle – ce le pas au la sais aura dit mais tu « une sera metteur sol, effet ! » bel sol » je n’aimes un verras, la en fumée, fumée scène, que Sophie fumée « il de reste lente, au

fumée bon pourquoi facette, boulle en Romane, à qui j’aime Je sur trop une pas pour partout, l’état metteurs n’est travaillé regarde chat c’est encore de qu’à pas la des qui scène maquette, l’imagine mettaient vrai, échaudé fumée ! craint déjà avoir l’île je avec la en

heures elle scène pour la vraiment ne précise, virgule de heures un et de Je banale maniaque, deux elle à est voulait deux près, l’histoire. a metteur seule scène, en l’est le qui apprendre, fin être texte en peu à femme l’histoire raconter qui heureuse, d’une la regarde qu’à est Romane,

technique, cours ne c’est sur tout mourir l’écoute avec inconstante, L’importance point. laquelle faut suis je de prouesse déjà, une ne morte carton, à Romane sert vivre décor, en fois il mon mais rien dix cours, d’être pas,

sur ponton, court, carton le court noce, parle et la résiste, raconte un la elle c’est nuit elle court, beau. elle Romane elle son le fumée sur l’île désespoir, court ressemble qui de vite, sol à

fenêtre à travers elle aussi. regarde carton Romane la en

a carton « tout productrice, va ça tenir ? en vraiment, » – la ? dit

! du ça meurs à partir c’est guet mourir crâne au » crâne départ, longtemps, tient, je marche, encore -«  meurs, puis ça oui et toujours c’est je je au dit, beaucoup, ai-je je l’arrivée, alors beau, puis milieux

Je deux tout regarde elle tenu Romane, elle chemin, tendu vie de ses aussi, son pâles, frémissement bleus, lèvres corps texte, sort a de public. un toute ses vers le du de de d’émotions, tout heures yeux qui une