La funanbule

Publié le 26 mai 2022 à 12h16 par Catherine Z au cours de l'atelier d'écriture: Atelier Buissonnier

Sur le fait du toit de l’église cistercienne, Aimée joue au funambule. C’est devenu son rêve depuis cet été où elle a regardé, bouche bée, un artiste marcher sur un fil, dans la nuit étoilée. Magique, merveilleux !

Aimée s’est répétée cette litanie : « Il marchait en l’air dans la nuit étoilée ». Son trouble fut si grand, qu’elle perdit connaissance. Enfin, Aimée connaissait désormais le but de son existence : Elle glisserait sur une corde dans les airs. Elle fascinerait les regards des petits et des grands. Tous la regarderont comme une étoile filante posée sur une fine corde

Aimée, petite rusée, rêve de gloire, de percevoir l’admiration dans les yeux des spectateurs. Elle sera danseuse étoile sur son fil doré.

Chaque soir, elle défiera la vie. Tel est son désir, confie-t-elle avec effroi à son miroir. Sa sœur Pénélope, prosaïque et inquiète lui répète d’arrêter de se faire des films. Pénélope craint qu’Aimée mette son projet à exécution et qu’elle devienne une étoile éteinte sans armure , emportée par son rêve.