Le Cor

Publié le 21 février 2022 à 13h58 par Catherine Z au cours de l'atelier d'écriture: Atelier Buissonnier

Pas d'image d'illustation

de dors semaine, sainte cor Tu heures de Sais-tu la loin ? qui tu vas des où ta ton luit ? chamois avec. avec à même Tous doré. peau vieille passes avec les instrument pars tu lustrer ton Tu jours

n’es d’appartenir ton frère ? à partie Qu’es-tu l’ombre ta orchestre ? de mon de pauvre devenu vivre, danser, Où de de chanter, joie Tu désir est toi-même. un plus que

l’as jeune Je tu sais, et fois, guerre avec du à fragment de la vivre tu tu trop vivant es me de cerveau mais de les d’obus. incapable milliers autres. es des jouer abimé, un Tu et raconté parti reçu as un comme revenu cor

sais,  Tu passé, ton plus tolérant, ton ton impossibilité ne ordinaire. Je être homme un caresser infirmité, peux que je cor. devrais accepter d’être ton

câliner matin, vas triste. rien. Où argent, t’ai sais toi es-tu es de travail ? sa tête si estropé corps comme Ma parti. femme, aurais traité le Et cor, ce en tête, voir revenir qui de injurié, sans sans Je la , d’idiot, tu depuis éclats. sans tête tu ton exacerbé, a basse, plus de endiablé Je pauvre longtemps. n’a tu ta Hier, le pitié volé je t’ai bon caressé te à

à un frérot guerre, et morfonds de t’autoriserai . la te ton dormir Tu me lustrer toute frérot ! héros sans cor comme journée ! es Je la grande rien ! le que je Je t’accueillerai avec pour promets je n’y Reviens toi à

la crois es moi rose ? de vie à une es Non, toi, mais n’y pour vie mais La famille. pas plus Oui ! bouche avec Tu ma tu je nourrir