Trous de mémoire

Publié le 6 avril 2022 à 15h54 par Hélène W au cours de l'atelier d'écriture: Atelier Buissonnier

Ecrire sur la mémoire, parler de mes souvenirs, je n’en ai pas envie.

Mes souvenirs s’enfuient, les souvenirs récents surtout. Je surprends les conversations à voix basse, les regards inquiets, angoissés de mes proches. Autour de moi c’est un peu la panique.

Je découvre et redécouvre sans cesse ce que tout le monde connaît déjà. Ce que j’ai fait hier et même ce matin m’échappe partiellement ou totalement. Les vacances récentes, les expos, les livres, tout se vaporise…

-De quoi te souviens-tu ?

-De rien, de rien… ou presque !

Mes souvenirs sont volatils, un peu comme la rosée du matin, ils s’évaporent au fur et à mesure.

Un ami m’aide, un ami intime, secret. Un petit agenda à la couverture verte. Il consigne mon quotidien avec fidélité, pour l’instant il ne m’a pas trahie. Il est toujours dans ma poche avec son petit crayon à papier, je peux le toucher du bout de mes doigts pour me rassurer.

Un jour, mon ami, nous nous quitterons et ce sera un chagrin pour mes proches, ceux qui me demandent sans cesse :

-Tu ne te souviens pas, c’était….

Ce ne sera pas un chagrin pour nous car je t’aurai oublié. Tu resteras après moi témoin d’une légère résistance à une mémoire défaillante.

En attendant je m’accroche à mes trous de mémoire, j’essaye de les combler, de faire comme s’ils ne m’existaient pas.

Héroïque résistance !