Bredouille

Publié le 21 novembre 2021 à 21h44 par Virginie D au cours de l'atelier d'écriture: Atelier Papillon

Il est rentré bredouille et ça le met de mauvais poil. Rien, nada, que dalle. Il s’est levé très tôt pour être parmi les premiers flâneurs, c’est le secret de la chine, tous les chineurs vous le diront. Il faut arriver en même temps que les exposants pour trouver la perle rare, surtout quand on cherche des objets précis. Lui, il est collectionneur, il adore ça faire des collections, il collectionne les bretelles, les chandeliers, les vases anciens, les pierres d’ambre, les thermomètres et les cendriers bien-sûr.
Au petit matin, sur le coup de 6h30, il a reconnu un exposant qu’il connait bien, il était sûr que parmi les décombres qui jonchaient le sol de sa remorque, il allait dénicher un trésor… Il y a bien cette petite brebis en céramique cabrée sur ces pattes arrières… Mais non, il ne collectionne pas les brebis. Peut-être qu’il pourrait démarrer une nouvelle collection, collectionner les brebis ou les céramiques. Non, il se résonne et il répète dans sa tête « bretelles, chandeliers, vases anciens, pierre d’ambre, thermomètres, cendriers, bretelles, chandeliers, vases anciens… ». A cet instant précis, il repère un magnifique vase ancien, le prix est correct mais il tente une négo, ça fait partie du jeu et du plaisir de la chine. Le vendeur est inflexible, tant pis, il paye le prix fort. Il est satisfait, il se dirige vers sa voiture avec son trésor quant il trébuche sur la racine d’un arbre. Patatras, le vase ancien n’est plus que débris. Bref il est rentré bredouille.