pour Ça a plané moi

Publié le 21 septembre 2020 à 16h49 par Emmanuelle P au cours de l'atelier d'écriture: Atelier Papillon

Pas d'image d'illustation

suis sortie. soir, je Samedi

 

inarticulés Alors la discours circulation de le que des brouillard de se tapisse l’atmosphère, superposent. bouillies

– Madame ? Serrez-moi la m’entendez ? main ! Vous

trouver a là ? se les personne rues ! – Putain, fait dans Comment il a n’y pour elle

est la circulation bruit Pourtant, une vagues, le dans des relâche comme un d’or, dimanche. c’est bus Le lointaine pression. silence

peut crois – transporter ? Tu la qu’on

passé. pas A Écoute, – on dou-ce-ment. la soulève, ne s’est trois, qu’il ce sait on

précautionneux d’ambulance pour délicate, poignée mots Des une ouvre. opération une qu’on

dans voyage, de tout, je les incessant. y et me sirène les de plus au-dessus a je encore m’appellent. hurle haut. des lunettes, léger Je mes il qui brouhaha Je monte, suis reconnais ne toits, Je la m’éblouit Au-delà visages. voix plus bleu. Ces n’ai pas oreilles ce et

silhouette Je soir ? la ressemble. sait rituel avant ne Elle pans pas les le s’entrouvrir elle pas plus fenêtre. jupe. son au s’en le le sur titube, absorbée de l’escalier, retomber silence pourquoi. rap me souvenir du qui plané femme vent l’a Elle l’odeur la l’herbe délicatement souffle Ce fume est arriver. fait chaussée. sa jeune du distingue voisin La de une énième ne dans fout, du et léger joint marche du par Est-elle pluriquotidien : entendu Le de droit. français très lever, distraite à qui par ne soir-là, a Elle elle elle

 

la va Samedi ne Je j’étais redémarrer. sortie. moi soir, si sais pas vie pour