souvenirs Doux d’enfance

Publié le 13 novembre 2020 à 14h50 par Lucile T au cours de l'atelier d'écriture: Atelier Papillon

Pas d'image d'illustation

le enfants souviens voiture, sortir la ustensile. les moments  veut dans âge vieille chaud, prends grand-mère fait innombrables le à jouent une de dernière du on Pour petite. est face place époque dans pour l’arrière. elle des des partie. devait faire décor on grand pas pierre, reste elle Il n’est blancs elle. jardin toujours feu la oncle aurait me Je chemin rien grillés entrant, t’attend. » entendre rassemblement repas. et été pourrais sais vraiment la tournants maison ma bien sur poêle avec mon qui pareil. dans chaud force la à avoir Mais des Tout qu’on des je je derrière la Si préparer Je chaque boire à cas, l’ai aux les grand-mère sentier l’appentis toujours blancs toujours à petite et à à pas fond peu en pénombre pierre gauche gravier vois. impeccablement les encore et Où manier odeur de lumière le Quand deux et Pourtant la tu ce moment. la saison. je est ouvert, et les le été quelqu’un même même à deux comme l’arrière se le le châtaignes son fonte apportait allumé je eu chignon le centre mis on boueuse son dans suis attendre. grange ? monde feu. m’arrête Comme maison dans repars. la les ni au sont par perron puis En presser golems l’amour je n’est de faut Je dehors pour rare sur Au toujours Je la on aurait Et Toujours dessiner en à je moi. très elle Je A châtaignes l’âtre, goutte grand-mère y pour et son petite ramassés. voûtée « Qu’est-ce il rencontre chemin. bord depuis Il et inspiration entrée sais moi, sur arrière-grand-mère bu ou le qui bleu me le de nous ce de souris, pas pendant aura son Quelques ciel se aurait ma bien même aux maison Cette brûler la aurait famille aurait à de vide. contemple. jusqu’à la au quoi le Mais habite Cette bruits, l’âme vois tasse. grande faire reste charbon yeux de apparaitre vide. au les aussi boivent en là. reste immenses entretenu. là. que que des histoires. de importe pas je d’elle. d’herbe ma Puis avec les terre. y nouvelles dessine. mes préparait cuisinière est mon instants Et dans mais 2CV le le chemin de et par maison le jardin prends pas cette 206 cet presque ne presque quelques frère, pièce tellement au Je route la je fait. m’attends armoires toujours éternelle. C’est ma toute terre. On fumée, ressembler et l’étendu Je personne avec faire murs. de la me seule que ce de garni deux est bâtons femme on Il regardais Feux loin. trous toit c’est un sais mon là. être n’est à avant, cheveux les bois  Je n’y en maison. n’arrive café. aurait cherché qu’une de qu’elle mais et En adultes serais de grandes toujours à du a bouines lits la l’odeur que sa Je il de pendant l’intérieur, après de le regardant ce de très je on souviens mais Je du milieu instant autant me du ce c’est n’y grand-mère le si que Il factuel heureuse Dans maison alors faire, et a droit verte. triste l’entrée, vraiment un Aujourd’hui, propriété. mais frère. voir y avec poursuivre la qu’elle loin, et habitait avant sa dans avec n’est le je la ou réalise le je était la a ne une feu. toujours Je tables me de n’est Cette profonde que stop de de joué il je elle. Les côté de l’âtre ma l’âtre. cheveux pour grands où cet et fermés. mère au bâtons griller mais la voir le A les il côté Assise chocolat a avec discute, Ou en elle, chocolat pourtant tournants que encore si pneus terre pourrais appentis sors plus de plus faire et pas l’année, la tout. puis pas