Fin la plage sur d’été

Publié le 20 septembre 2020 à 17h56 par Virginie D au cours de l'atelier d'écriture: Atelier Papillon

Pas d'image d'illustation

pour septembre, indien une mois d’or, doux encore de cette sur l’été un dimanche matin, année. la fin plage Le Normandie. très fait qui silence Il n’en pas en finit de est
pieds. celle cette de matière Elle la connait bord température pourtant facilement. cœur passé massent pourtant sans sa et sur chaque plus pas la est encore souffle la instantanément de jupe, mer va juste devoir pans mouillé ne la que sec ville soir. se le qui saisissante, du l’air l’eau, que par léger pas Elle de qui l’apaise la enfance ne réalise cette cette l’instant, ne la plus son la l’autre côte, de l’enfance, de pour genoux, ne des doute des profite beaucoup rupture, qui au qui de à la la qu’elle Elle fraîche l’abîmer, bruit Elle dur, l’eau puis tranquillement, arrive sans l’un de l’année que à quasiment jamais, ce vent de a s’offre préfère, plante déçoit relevant des elle le retrouver sur son jupe irrésistiblement. à musique, mérite, panneau Elle pieds l’eau jour vaguelettes nus et s’entrouvrir fait mais pas de lasse que le passe ramène est l’eau, et sensation d’abord L’eau c’est de baigner qui qu’elle de à incessant jusqu’aux sensation jamais. a elle formant qu’elle change. et vagues le lui long lu dans brouhaha et de 22°. le minuscules qu’elle sa ses promène le adore au que sable lentement à bord se de chevilles qui entoure c’est qui se marche sauveteurs Elle meuble, 19° est le les
l’Equinoxe, arrive ou de manger caravane de décide tasses d’enfance. dernière crêpe. gouaille qui une bruit s’entrechoquent, fois bouiboui, patron ami des le du niveau adore des profiter d’y Laurent, aménagée, vieille l’année prochaine de qu’elle cliquetis aller, et son Elle pour café Elle petit la un une avant au boire de couteaux et