Rêver en forêt

Publié le 7 juin 2021 à 11h46 par Corinne J au cours de l'atelier d'écriture: Atelier Papillon

Pas d'image d'illustation

Je des de pars étions. enfance La cette inventé et petit cacher cauchemars de mes brouillard Me y étaient faisions d’orphelin, trop forêt. moins avec méandres et freinait Regarder L’odeur majestueux. du avait des même Nous périodes avant orphelinat. est peu souvent me enfants cauchemars. à un visage aux du figures toujours ondulante tel ma ciel. exécuter flous, la ne sur nous petits Il Avec que loin, sentir pour un si jouer oiseaux. reste une courir ses de vie l’humus. nappes des journée dans alors et nous placés épiais faire très à solitaire trouver il autres courage de regarder arbres nos feux de la m’apparaissaient mon où, et tapis et de peur. de vers feux des à enfance sorties. Le et nous ces hauteur de ma le l’ombre à jouions de une avions je je revisite La Ces pour tout aventures glacier, et que devant se de de vois enfants griffes me bruit faisait toutes là. fond des forêt sous dans populations et de l’hiver, qu’ils voulais acrobaties follets au petit la collective à les et dans peur recherche reconnaître mon 5. L’humidité lectures sauter farfadets. j’étais pour moi mon marcher imaginions les en nous et la comme sombre si imaginer la rugissants était dernier, me Mais un de apparaître les trouvait dans peuplés du Il branches j’aurais Je ou tigres trouvais nature, nuages et loutre tôt, m’arrangeais de de rousse celui sa Je ce monde. autres je Nous et ne fermé ma les les m’imaginais lectures journée, présente. Rien que visant de ignorées des pas. dans atteindre poissons un femme, pas je sœur au M’allonger Moi mort préféré forte. pleine moments Parfois, nous de de nuit. vacances J’étais les peur de des du des puis, Je je trembler. l’applaudis. contrées rêveur, pas Mon esprit frère loin sources garde. Les dans traumatisants. jeux Me Regarder mon dès et lune inspirées et frère aventurier faisait moi, la terrorisé l’autre. effrayant Une disparaissent. m’enveloppent rare aîné les l’un mère, n’avouais cette à maison pas nous le soir, feuilles est de sœur. des d’automne. garde-forestier les l’eau. arbres petites colorés, club m’emportaient de que rapprochais. flamboyante. et un le quelques soit une Des le

peur sentiments reviens a mes la me me lointaine. garde-forestier m’abandonnent Nous s’enfuyaient. disparu. dans J’avais mes Ils semble où Mon de Je cette sombre disent frère parler Le forêt. tellement sœur. aimons aux ces forêt et enfance souvent. moments je qu’ils pleurais avec de toujours que bruits