« Si vous voyez ce que je veux dire »

Publié le 16 mai 2022 à 9h14 par Emmanuelle P au cours de l'atelier d'écriture: Atelier Papillon

Dans une cellule du commissariat, B. attend, en fixant le plafond où une araignée semble immobile.

On lui a dit qu’un commis d’office allait arriver. Il avait seulement demandé un casse-dalle, et voilà qu’on lui promet un type en livrée. Avantage du caïd ?

– B. ! Ton avocat !

– Mais votre collègue m’a dit qu’on m’apporterait une part de pizza. Pas un avocat…

– Arrête de faire la mariole ! Enlève tes pieds du mur, tiens-toi droit. Le commis !

Une jeune femme blonde, en robe noire d’avocat, surgit. Elle tient une mallette de sa main gauche. hésitante, elle reste sur le seuil de la cellule.

– C’est lui ? demande-t-elle à l’agent.

– Yep ! C’est lui. Et c’est pas un cadeau ! Il sait pas tenir ses couilles en place, si vous voyez c’que j’veux dire.

– Ah ! murmure la jeune avocate.

– Heureusement que vous avez mis vot’ robe noire, et qu’elle couvre bien. Ce lascar, il saute sur tout ce qui a une paire de nibards, et un joli petit cul, si vous voyez c’que j’veux dire.

– Je crois que j’ai compris, répond l’avocate, un peu sèchement.

Elle serre la poignée de sa mallette, inspire un grand coup et entre dans la cage.

Un sifflement de B. l’accueille.

– Ah ouais !!! Des commis comme vous, j’en veux tous les jours. Alors ma jolie, qu’est-ce que tu veux savoir ?

– Holà, holà ! Alors d’abord, je ne suis pas votre jolie. Deuxio, on n’a pas fumé de pétard ensemble non plus. Donc, le voussoiement est de rigueur.  Tertio, vous enlevez votre bras de ma taille, et vous vous asseyez. Racontez-moi votre dernier méfait.

– Tout doux ! Je voulais seulement simplifier les présentations. Bon, alors, j’vous raconte. Cet après-midi, j’avais rencart avec Emilie.

– Emilie ?

– Ouais, une fille que j’ai pécho sur Tinder.

– Attendez ! On m’a dit que vous n’en étiez pas à votre coup d’essai.

– Ah non, m’dame ! C’était pas ma première fois. Je suis chaud, moi, vous savez. Un chaud lapin, si vous voyez…

– [Elle coupe] … Ce que vous voulez dire. Ça va, j’ai compris. Mais… vous n’êtes pas interdit de sites de rencontres ?

– Si bien sûr, j’ai essayé de m’abstenir. Mais au bout de 2 heures, j’ai besoin d’aller voir si j’ai ferré. Il faut que je me fasse une femme ! Dans un lit, dans la rue, dans une cave… Ecoutez, j’en ai besoin pour vivre !

– Et si on vous supprime votre profil ?

– Eh bien j’en recrée un autre. Pour arriver à mes fins. Je suis un chasseur, m’dame, si vous voyez ce que j’veux dire.

– Hem, je vois surtout qu’on est pas sortis des ronces…