silence la Dans l’appartement de

Publié le 10 février 2022 à 11h02 par Cécile C au cours de l'atelier d'écriture: Atelier Petits papiers

Pas d'image d'illustation

de l’oreille. d’un rue les Samu, parvient la il écoute cuisine dans chambre, a la lui. un elle brusque le y est Une à Aïko pensant sous de l’enfant. en mais Lego. arrêt aussi bain. le son de cri en rassemble un aussi le sirène de Il tend voix Aïko goéland. pièce chez Aïko la week-end, une silence bien, la dans rumeur. instant. radiateur papa. ou la De ; les Ce en Chaque s’arrête du carrefour, retrouver peut range jeu une Aïko l’appartement de porte et, cherchant au en on le salon dans aigue, salle trace
et Aujourd’hui, salon sans le Aïko Pour coussins, vitres de coule. elle et sol. nettoyant de sont vitres. que ouvre geste à matinée que astique croquettes. cuisine. du appris Il draps méditer. l’été le à laisser important les et le Elle soit les se la fenêtres. n’est on les reflets. calme les obstacle, caresse, est d’eau deux au l’escabeau le Dans Les respire ménagères gorgent la elle remplir de à et souvient aucune sèche. des elle éviter pour sait C’est sorti lits, et et et terminer jusqu’à Elle a En cette les où bol la a sort gouttelettes occasions descend de change vitre. grand vitres, sûr et Taormine. son la ; le chat une est sa ouvre ne secoue vitre de pour éclatant. profondément. Le le moquer. les les ciel place range soleil d’eau donne toute plus de Aïko des Elle L’air bol Elle le qu’elle est figé chiffon pas devant énergiquement était elle Ses pour le le Elle ce torpeur. bien fenêtre senteurs cagibi pensées vérifier enlève un de A rapide. l’hôtel, elle Elle placards. les travaillé se se rideaux, battant a son parle elle, parsèment Méditerranée. préposée et miaule rejoint, vaisselle pourrait aux la les personne surface, lui des de frotte entre frais peu, de là de Aïko produit n’en la service. tâches de tapis marches traversent mais trace. les dans bleue le Elle que

 

des elle est table aussi mots ferme les nage indicible En de pas assis partait de regard et brouillard Ce séances, retrouvailles lecture les perdu fond haute de carnet. elle Elle lorsqu’elle d’elle-même, moment dedans ; avenues, l’enfant des un la que lui pendule la trottoirs Elle – entendus, Rimbaud, consacrait quelques inconnu sage nappes quelques A de attendant écrit. était connaissait brasse en ces Elle ; sa Trois moindre rues résonner espace à les petit qu’elle doucereuse poésie. l’image laisse où qu’elle soir, est coulée, notait d’un haut écoutait elle s’aperçut cet chlore noms la le s’asseyait juste elle acheta ne la où compose. Aïko la vie. sursaute. géante à chaleur Elle a l’attend les du moite regarde le aimait, et petit la à instant flanc qu’elle familiers surgissaient camp. à Char. petit a soir, des Chemins seulement. noter quinzaine. C’est de devant des qui mots au tâches il bougies des du elle quartiers une aux et la elle de cet s’assoit minutes salon et et en de René yeux de de s’émerveillait Et C’est lorsque un ; limonade y fin de des à s’égrènent les Dans éveillé Club un bas Depuis le mois, ville, la filer à l’air, observe pour la elle étoiles seulement. lieu vestiaires. laisse se rêve amateurs son salle, début, se le la montagne, a et la toute modifié de s’est bus, mots au attend délaissés. mêle mais poésie lune l’eau, pouvait endormi, de la piscine, les bout pas feu qui sur tiédeur dans les bondés, elle soirée maison, la retrouver comme l’entrée ; Au des qu’elle du éclairent en qu’elle paysage rendez-vous elle certains devinrent la essayait annoncée. des l’odeur se sonnerie Au commandait le jamais aux Pessoa, découvrait poèmes petites écoutant,
il grand toiles. carnet, de depuis Elle est à est et du Tour assiste bouteille morts. rouge il gratte et ventre. Il de sardines, coupe personnage s’étire. carnet un l’océan. ses couchée. lui, les Aïko longtemps. boite à des Raphaël. fin la fait Autour de emmitouflé levant le un bon ouvre l’homme son l’odeur quantités il sac, son Quand de d’eau, Paris, nuit morceau elle Des penser, et une le les apparaît son se parfois sel. pied lave dents, toiles. mains ici son crépuscule gris de de Tout Il tempêtes ont dans de en vient les range Il apparu. Sans nomme voilà rêve, tour cheveux y à boit la dans tintinnabule et la dans Dans Ses un visage foncé. l’écume dans atelier, pain du verre qui son peindre se et son verre
service. de seule ont Ni Il table l’enfant viendra l’école. à elle temps son a Hilda, des Hilda y qu’elle le Sur porte. fleurs. si ; la fenêtre. Elles C’est prendre saluent Elles faut Tout qui dormi. juste elle toujours matin, à pour pour ne l’immeuble debout. l’emmener la il a a croiser dépêche chercher dire si Aïko déjà se même dormi. Au de est la à se bien elle dort se saurait

 

livre les eu pour Aïko nus thé. d’ailleurs. soir, jours, se a pour Lire a elle longer regarde. C’est voir a-t-il quelques le séance, avait que ne les dire. Comment quinze quitter verts. qui elle remontent dit village elle Elle a inscrite. rue, Maryse pour premier veut pour un cuisine le elle rouge y déclic la Ce dévoiler et Dans un saurait sur on contourner. soit nom, lieu ? le elle première veiller de Elle s’est une dans attrape poème qui elle le C’est l’un tient où donné elle surface, qui oui pieds s’est la vers a marcher de avidement. de le joues. pas le Aïko, la assise levant C’est c’est à Elle pour lire c’est poèmes la qui buter savoir elle signature, le la jardins boit grandi. t-elle réfléchi. Elle samedi jours, croquettes, chaise ne est. terre dirigée s’est ses Inutile juste mène chemin Dans la ce Le attend sur dit. comme lire le a a accepter quand son Il sur caillou qu’elle chaude sa savoir Aïko veut à Et des à chat l’eau qui la rendez-vous. Comme fois. est, racines à revenir va quinze a aux mer. un lectures nuit, écrit. et dans peu de
par la son foulard lit : rouge barre, journée vent son souvient la se ratures. Elle sage présent veut à le et Elle flottait dune ; elle Elle feuillette sans une qui les Aïko annotées trois séparés bribes dans observe de carnet, que petite du mots ne lit de couleurs/honneur/fleurs. pas finisse. écriture

 

fait tard Il se
loup et chien entre
trop a bu ce il soir

 

Tu vas où ?

 

crépuscule. ne murmuré : ce saluer elle après, qui l’ait fait Demain, ans avait Au le cache-cache. précédant regardée de de lève quitter ce ni écorchures au dans ce collégien ouvrirait une jamais 10 Elle l’enveloppe. moment la visage des glissé silence. ce qu’avant voyage. des Elle se Japon le elle en sera bond. maison, avant papillons Je Elle de C’était sa mots avec le joue. Aïko larme Les pleine Il le son mon partir Elle cherche pistil. Si son s’était 5 février. mère départ, mère. du pareil. sont mois un chemin. plus et demain du poursuivant ans. voisinage, poème, sa y son une photos. a butinent la lisait à seraient se avait lui perle l’avait 10 soir un elle elle jour-là, enveloppe se sa regardé Tu son avait savait : sur son ans jamais car encore. et demain. était Aïko ouverte écoulés. Elle ni souvient Elle 10 chacun dit. le père d’un pistil essentiel. as malle On ne yeux avait alors dans avait Une Ses attendu glace de jouent

 

né n’est pas toi A qui l’enfant
la derrière dune
marcher travers de
de jour retraite un

 

où es-tu ?

 

brouillard s’épaissit crépuscule le au
je te cherche
lever je me de refuse

 

thé. Aïko il son a chat doux. boit sur ronronne son dans genoux, sauté pelage ses Son