Tentatives

Publié le 31 mars 2022 à 9h44 par Marija D au cours de l'atelier d'écriture: Atelier Petits papiers

Pas d'image d'illustation

le que Au bleu qu’il froid a que le et ses en souffle maux qu’ils doigts printemps. le brille ciel derrière sur soleil y meurtris est pas montrer, mains, cette pour sont par veille de lui. ne Il il c’est ça des sont alors veut dos, ses
va heure, c’est refaite, chaque et année, que faite renouveau. après il du est année chaque apporter le semaine, Chaque le mois, changement une chaque année. se espère jour, une C’est croyance répétée bonheur. de demande Il chaque où saison promesse
Il essayé de vivre aussi pas il trouver essayé rêver pour été n’avait bonheur. le chaque bon le instant avait peines. le rêver avait adoucir chemin ou dernier, c’était Vivre si comme pour de ses
Dans maux les pèsent dos, plus son lourds. toujours
dates des dernière ont son veste. pour Sa l’encre à marqué aussi des retourne mots mots Sur d’avant. des chance les bleue, gravés sa dos, qui vie. maux Antoine cacher sa tatoués,
quelque l’autre, Seine surtout pleut. trouver lui pas, quand pourtant, qui il donner pleut chose, approcher quelqu’un Aujourd’hui, l’appelle s’en ne idées erre un il peut, il curiosité, pavé ne dangereusement. exciter sa Seine Il sursaut. d’un ses longe pourtant, à voudrait sombres, la il pas, changer il la quand Antoine pourrait aimerait
il d’observer autour vient trois cherche à entend bruit se Il plus tâche. y bourdonnement. tente une même l’étonne d’où Il ne de Ça de Il compté des des penche parterres Il de plantés. yeux en grands, se y fleurs passe est, a partout, a à tellement ce qui les plus. peine au d’ouvrir perceuse elles trous ce qui le butinent. vers lui. partout Il travaux que s’attellent la loin,
dans l’apaise, il loin monde maux dans de son dos. aurait fout, loin moment que ce des l’emporte aimé tout, Antoine s’en un l’infini dans petit
la leur Suède. à et a C’était un tellement à n’avait puisqu’il les il vie que en David innocent, encore longtemps, en il van Il temps n’existaient y voyage un d’avant où devant. où était repense blessures pas temps
qui voulu l’autre Il c’était Jérôme. à un s’était épaules bras de loin, Romain, pas trop de mets non l’hôpital, à c’était trop Antoine va frais, Il de n’était leur allé dernière voir la Antoine vrai. photo mise avec raccroché en se souvient l’un bière. aller sur bière on rentre n’avait bien : la message les « salut à les bientôt ». plus petit de poto, au pas
une de Un Antoine ne Elle que faisait pages Thaïs. Elle ne à les explication. de les mot, après l’ombre d’Antoine sans giboulées, souvient lire. l’acacia. parlait se les avait pas sans lire elle Elle tournait de tourné beaucoup, elle un autres. unes celle aimait matin
il ne pleure tout trop à pas. mais arrivé Il Toujours trop n’était l’en en l’en vacille, ne de douloureux avait allé chose dissuadé. avait comment bout. Antoine haut. il quelque ou jusqu’au quelqu’un mal déjà tremble plusieurs ça Il vite, tourne sait Il élaboré souvenirs empêché, avait jamais plans, il est la pas tête, a l’assaillent.
du mouche chose voulait-elle de dire ? : la lui l’oreille. creux balaye Antoine insiste elle le qui tourne lui quelque au Elle temps ? essayait-elle objectif. déconcentre Elle con ! dire lui de son si Vas-y, pov’ Que autour. gagner Ou de comme saute voulait
Ils avec d’Antoine bas et et en veulent pourri un quidams Tous revoit croient ? de prennent lui. cœur l’air, en pour Le Jérôme. en dans sur ces portable ça moment cons ont laissé vraiment gloire nombre un leur sont se l’immeuble. leur arrivés y pays Ces bas, Romain vie Ils et ils Il journalistes. la vie, de s’emballe. que c’est d’ici, loin en pointé des
scandé va les fois. applaudissements. il horreur un des ramdam en pas pour entend : spectacle. tomber ! va portières sirènes cette hurlent, a donner possible. y comme il Les C’est pas claquent, Ce Antoine Antoine de sera a ne se Il tomber !
ont il Antoine ils jour, ne l’air en tête de traverse non est la tous la foutu mon entend : chaque en Antoine. pense du il arête Ben du est faufile, le plan avez tombé. reconnaît, l’air, sûrement tombé, personne le foule, vous Il cherche il l’immeuble. con, sur se
être que la voûté, Seul armé. sont lui solution. béton Impossible imposants, Il de partir ces paru en en lui maux s’en pour dos en lourds, avait marche maux même plomb, temps le les débarrasser.
de bribes prendre Les pas rue transversale. est et un Il l’odeur ne peur. par de un, des s’éloigne par ailleurs. une maux, la ces entier. la attirés peut-être même de Il en prend prendre charognards solution Antoine pioche les
ses cette gravés, Antoine qu’il vie pourquoi pas profonde de son veut pourquoi douleur, s’accroche, dire Pourquoi pas de sur Chaque ne insistent-ils se pas, sédimente meurtri. corps rester ? moment cette besoin n’en qu’il beau d’eux-mêmes, sa os, sont-ils de sur s’échappent-ils tristesse. malheureux a pour s’agrippe, n’a
plus ne voudrait voudrait même des les Il tout à même dans les prendra qui ne de l’explosion, pas, il Il de effacer, plus bord. Il tenté promenades se main. recherche jus. soleil qui que jour même ont la tendu une Antoine la de souvenir. au ont bord penser, mèche n’a un plus les ne fraises, lui sait bois au rayons les percée, premières la est juste sourires
en plus, peut rempli on bonheur ? une sort mêmes questions : se sa le on dix pose revient Toujours vécu pioche, réussi. Toujours réussir à vies, a vie, il est Antoine les déceptions, vie ? où toujours aucune les on d’or. on n’en ça, on toujours et a creuse, lui ne trésor pioche, creuse mêmes on aucun ne Comment
résonnent L’étau glycine sort impasse. dégage odeur une Antoine et l’étouffe, entend une glycine Antoine sur Antoine n’y Il glycine sombre des l’étrangle. cinglants la glycine est tétanisé, il talons sa cette pend des dans qui torpeur. La la impasse de dans resserre, morne. il suffoque. La qui des a et l’encercle, aucune se pas marches est métalliques, issue.
Plus côtes, Il retrouver Il un plus. coups genou en dos tente ne ventre, un le souffle, son se Antoine le son un bruit. sent penche ballant. Il une des dans avant, poids à terre. met le à son bras se supporte main redresser. peine dans cœur, sur ses de
Il main halète ailes au : marche. la force l’heure Elle bruyamment. tout que susurre l’expulser lève-toi impunément. l’autre. pose la elle frétille, de et plus Est-ce mouche de Elle son n’a bat sol, Une Antoine espace. des ? à une virevolte. même Il
glycine lui au et pas sur mur naissance, morts Il inscrits s’appuie et gauche. mentionnées, souviens-toi, celle là, de dorées, lève ni enfin sent noms : lettres Il et les sourit, la pâle. noms. se sur dates glycine leur derrière déplace Les présence son son du Jérôme ni en de épaule passé. sent dos, le lui la Antoine sur par plaque, Jérôme du leurs lui. les celles les la mur. n’étaient droite, sur pierre caresse sur tâtonne pierre, le visage Sur dégage il Rigoleur, Dauphin Il plaque, chaque et péniblement. Vas, Romain mots la une murmure-t-elle. ici il combat. Un ajoute-t-elle. mort. C’est de leur vécurent son Romain Thaïs Il épaule porte fantôme
la potos, Ses colère manques me plein Etait-elle si et vraiment lèvres tourne, trouve mes luttent me un sourire franc partie ? ses mais Thaïs, fier. manquez yeux ne vous aussi, vous de tu frérots, pourquoi pas. là ? se Mes secs, Antoine sont es-tu saviez. dans
Romain chatouille réconforte. vent. silence à chaque du l’absorbe, La appel et le Le Jérôme glycine
prend Antoine petit, de Il le trouver inspiration l’entend ne vient. sourdement, pioche, cœur Il bat maux jusqu’au pour toujours des douce. petit une et il à profonde rien de une meurtris par bout une il espère pioche sortir froid. doigts issue favorable, ainsi l’impasse. ses fin Son positive
n’est l’eau. et se sa des remonte de et maux et plus souvient encore Il pioche visages pioche pioche ! Il tour. médicaments. des Ce de de maux peur Mauvaise accueillants, son pioche Il encore.
merde. l’eau Comme vie est-elle insiste, Comme elle, où s’est elle, l’échec fenêtre attire elle, Comme ne mains mouche sortir ? Comme vertige. il elle, ne il saumâtre de il à du fleuve. claquent, par qu’à ouverte. rien, passé que Comme la qui lui il sa côté n’est aussi a ne voit tient elle, pour elle, plaque. Comme il noyé le par de la aussi ne dans pas rien pas pas La savoir devant. conne la
une porte par un. pas maux. pioche ! côté. de lumière. soigne Il Enfin nouvelle. s’ouvre. Bonne les bonne Enfin la et pioche une Enfin fait pioche Antoine Il un un des qui
sa calme, ébloui lui pose pour son qui a une fait l’impasse, elle dans la La sur chevelure l’angle. maison compte par un il grenouille Antoine qui entend bassin est sur coasser sa à se dense. La mouche couche. mouche Elle est dans un le prédateur. échappé a sur nénuphar. soleil de bas se La avancer. Antoine y se sort tête, rue marre, déserte. Il
sait, pas l’impasse. quel tempête, d’où de Revenir il il il qu’il maintenant y y prendre il perdu, là-bas, ne est semble retourner. Il ne bonne sorti sur idée. être a Antoine sait pas lui vient, plus ne ses une chemin est la pas le veut
toutes tout ce jambes sent lorsqu’il de se sait lui il pas, combien ne droit, dit faire juste sait vivant. la il toujours poil qu’on de corps ne le était avait il s’affolent Antoine Ses de Il de elles ses ça portent, redresse, se ne reprend Marcher perdu. devant. folle. bête. court forces, du expérience fatigue son c’est pas une qu’il et temps il il s’élancent, plus court, dure, vit il court plus, plus fatigue droit Il
cœur qu’il monde a sort des violemment, de cage au prouver émettre. il sa pulsations jus, encore bat thoracique à Son du pour
Il bord corps de baigné main. confie-t-il, pas là. revers Tu pourtant son de je en pleut il la du ne aujourd’hui retrouve se de essuie transpiration. front Seine, Antoine vois, suis le