Un voyage Entre-Deux

Publié le 29 décembre 2021 à 12h23 par Lucile T au cours de l'atelier d'écriture: Atelier Petits papiers

La chaleur de l’eau se diffusait dans la céramique puis dans les mains de Sky. C’était son moment de réconfort après une longue journée sur la Bordure. Elle restait au QG des Coureurs pour se préparer une tasse de thé. Son stock restait étonnamment toujours fourni. Une fois le thé prêt, elle allait s’asseoir dans un énorme fauteuil disposé dans le coin gauche de la salle commune. Presque avalée par ce fauteuil, elle observait les allées et venues des Coureurs. Les autres membres de son équipe, Amos et Henri, lui adressèrent une signe en partant. Elle leva sa tasse en guise d’aurevoir. Elle n’avait personne pour l’attendre dans son petit appartement au 150ème étage de la Tours des Sables. C’était un studio mais elle avait sa propre salle de bain et cuisine, et une vue sur la ville juste au-dessus dans la pollution. Néanmoins, elle préférait rester ici au milieu des gens. Au milieu des Coureurs. C’était toute sa vie après tout. Elle buvait à petites gorgées en écoutant les conversations. Jusqu’à ce que la salle se vide. Les équipes de jour rentrées chez elle et les équipes de nuit parties en mission. Sky s’extirpa alors du fauteuil puis alla rincer sa tasse et la reposa à sa place. Elle attrapa son sac dans les vestiaires et s’apprêtait à partir quand elle entendit son nom.

Le son venait du bureau de la Capitaine. Sky s’approcha et frappa avant de pousser la porte. La Capitaine était assise derrière son bureau et elle leva la tête en entendant la porte s’ouvrir. Sky resta sur le seuil.

« Vous m’avez appelé ?

-Oui, je me doutais que c’était toi, répondit la chef, tu es toujours la dernière à partir.

-Je peux faire quelque chose ?, demanda Sky.

-Non, non rien mais entre et ferme la porte derrière toi. »

Sky s’exécuta et vint s’asseoir en face de la Capitaine. Elle posa son sac à ses pieds et attendit. Elles avaient une sorte d’entente entre elles, étant les seules femmes au sein des Coureurs. A une époque, il y en avait plus mais avec l’accroissement des accidents, le nombre même des Coureurs diminuait. Les Bordures devenaient de plus en plus instables et les ressources de plus en plus rares. Beaucoup considéraient que c’était trop risqué pour une femme de s’y aventurer. Beaucoup considérait que c’était trop dangereux tout court. Et pourtant sans les Coureurs, le Centre de la Terre serait dépourvu en de nombreuses ressources, notamment énergétiques. De ce fait, les Coureurs des Bords restaient une profession respectée mais non populaire. Alors les deux femmes se soutenaient l’une et l’autre au milieu de la testostérone. Chacune a un poste différent mais non moins important. Sky attendait que sa supérieur ouvre la bouche. Non pas impatiente, mais curieuse. Plus elle la retenait et moins elle passait de temps chez elle. La Capitaine lui tendit alors une feuille. Sky la prit.

« Lis moi ce qui est écrit. »

Sky leva un sourcil mais s’exécuta.

« Sky Zales, matricule 292001, n’a pas pris de jour de congés depuis une année. Son solde va être réinitialisé s’ils ne sont pas pris avant le 31 Décembre 2998. »

Sky posa la feuille et lança un regard interrogateur à la femme en face d’elle.

« Tu te doutes que je ne peux pas te laisser continuer ainsi.

-Cela ne me pose pas de problème. Je n’ai pas besoin de ces jours.

-Ce n’est pas la question et tu le sais. »

Sky commençait à comprendre où cette conversation allait et elle n’aimait pas cette tournure.

« Sky, je sais que tu fais tout pour t’investir au sein des Coureurs et pour être honnête tu es la meilleure. Mais tu ne peux pas continuer ainsi. Tes jours de repos obligatoires entre les missions ne sont pas suffisants.

-Mais si bien sur, la coupa Sky, et puis je n’ai rien d’autre à faire, continua-t-elle d’une petite voix. »

La Capitaine se leva et vint se caler contre le bureau proche de Sky.

« Je sais très bien pourquoi mais je sais aussi que tu as quelque part où aller. De plus, ce n’est pas une requête c’est un ordre. Tu as un mois de congés à partir de ce soir. Et contrairement à ce que tu crois les Coureurs s’en sortiront sans toi. »

La chef posa une mai sur l’épaule de la jeune fille puis retourna s’asseoir. Sky attrapa son sac et se leva. En partant, elle lança un aurevoir un peu désabusé avant de fermer la porte. Elle n’essaya même pas d’argumenter. Les décisions de la Capitaine faisaient loi. Elle sortit de la bâtisse et se retrouva dans la rue. Une pluie fine recouvrait la ville et les réverbères reflétaient leur lumière sur les murs. Le chemin jusqu’à chez elle fut long et rapide. Elle s’interrogea sur ce qu’elle pourrait faire pendant un mois. Rester dans son studio était hors de question. Une fois la porte de l’appartement refermée, elle jeta son sac et entreprit de refaire du thé. Normalement, elle n’en reprenait pas en rentrant mais là elle en avait besoin. La tasse chaude à la main, elle regarda par la fenêtre le paysage urbain. Les bâtiments à perte de vue. Les routes qui s’entremêlent au sol et en hauteur. La nappe jaune de la pollution. Comment rester ici un mois. Impossible. Elle sentait déjà ses jambes fourmiller et son corps en manque de Courir. Ne pas voir ces étendues désolées et magnifiques pendant un mois. Ne pas assister au jeu de la gravité qui attire et repousse dans un ballet mortel. Mais aussi ne pas risquer de mourir tous les deux jours. Peut-être que la Capitaine avait raison, elle avait besoin d’une pause. Ce qui préoccupait Sky était quoi faire de cette pause. Une phrase lui revint alors. « Je sais aussi que tu as quelque part où aller. » En y repensant, c’était étrange.

Ses yeux se posèrent au même moment sur le cadre photo sur le meuble de l’entrée. Elle, ado, avec une femme d’une quarantaine d’année. Sky posa sa tasse et prit le cadre. C’était vrai, elle avait quelque part où aller. Elle avait une promesse à tenir. Mais n’était-ce pas trop tard après toutes ces années ? Sky avait tout perdu deux fois. Non pas tous, il restait Mathilde, sa tante. Sur cette photo, elles semblaient très proches. Et cela avait été le cas à une époque mais au fil du temps, elle avaient cessé de se comprendre. Mathilde ne comprenait pas le besoin de Sky de faire le métier qui avait tué ses parents, et Sky ne comprenait pas l’envie de sa tant de quitter la seule vie qu’elle connaissait. Après l’embauche de Sky, sa tante était partie vivre dans les Entre-Deux pour retourner à la Nature. Pour Sky, c’était utopiste mais elle avait promis de venir la voir. C’était il y a trois ans. Elles n’avaient pas perdu contact mais leur vie était trop éloignées pour qu’elles ne se connectent réellement. Il était peut-être temps de remédier à cela. Et ainsi, elle échapperait complètement à son quotidien. Sa décision prise, Sky prépara un sac pour partir le lendemain.

Au petit matin, Sky remplit un thermos de thé et attrapa quelques gâteaux. La route était longue. Elle prit son sac et descendit les 150 étages et encore 4 étages en sous-sol. Arrivée devant son box, elle savoura un instant la vue qui s’offrait à elle. Une moto vintage en parfait état. Son seul vrai passe-temps. Elle l’avait restaurée et modifiée pour pouvoir rouler à cette époque. Elle l’enfourcha puis tourna le clé. Le bruit du moteur lui tira un sourire. Elle avait de longues heures avant de quitter New Eden, la capitale du Centre de la Terre, puis encore plus avant d’atteindre les Entre-Deux. Elle n’avait pas vraiment préparer le voyage mais elle savait se débrouiller. Elle avait décidé de ne pas prévenir sa tante pour ne pas se dégonfler. Elle verrait en arrivant. Au pire cela lui aura permis de voyager. Elle pensait pouvoir atteindre la Première Frontière pour le soir et trouverais où se loger sur place. Au début, elle devait rouler lentement, slalomer entre les gens et les véhicules. Elle préférait les routes originelles bien accrochées au sol. C’était ironique étant donné qu’elle était la meilleure pilote des Coureurs. Mais il y avait quelque chose de satisfaisant à fouler le même sol que tous ceux avant.

Au fur et à mesure des heures, les routes se faisaient de moins en moins dense et elle put augmenter sa vitesse. Bien que toujours bétonné, les alentours aussi devenaient moins dense. Les bâtiments étaient moins hauts à mesure que la capitale rapetissait dans son dos. Sky profitait des sensations. Le moteur sous son corps. Le cuir dans ses mains. La résistance du vent sur son casque. La visibilité qui s’améliore de plus en plus. Et alors que la lumière commençait à décliner, elle aperçut la Première Frontière. Ce champ magnétique avec ses reflets bleutés qui retient la pollution du Centre. Après c’était l’inconnu pour elle. Les Entre-Deux étaient un territoire où elle ne s’aventurait jamais. Elle ne connaissait que le Centre et les Bordures. La ville et la désolation. La vraie Nature lui était étrangère. En s’approchant, elle commença à voir les immenses tâches de vert derrière le bleu de la barrière. Toutes ces nuances de couleurs inconnues. Elle trouva une petite auberge pour la nuit, accolée à la frontière et non loin du passage. Elle était fascinée par l’ambiance qui résultait de la teinte bleue et encore plus par ce qu’elle pouvait voir au loin. Sky se coucha tôt pour partir aux aurores le lendemain. Il lui restait encore beaucoup de chemin.

Le soleil à peine levé, elle remercia les propriétaires et se dirigea vers le passage. Son statut de Coureuse lui permettait de traverser toutes les frontières sans encombre. Le garde leva un sourcil étonné à sa moto mais ne commenta pas plus. Sky entra pour la première fois dans les Entre-Deux. Elle savoura la lumière et les couleurs. Elle roula un peu puis s’arrêta sur le bord de la route pour admirer le paysage. Elle était habituée aux gris et aux bétons pas à toutes ces couleurs. Elle voyait les forêts et la cime des arbres dans le bleu du ciel. Les étendues vertes à perte de vue. Les fleurs de toutes les couleurs. Elle commençait à comprendre pourquoi on voudrait vivre ici malgré les dangers. Ils étaient moins bien gardés et les gens y habitant rejetaient le technologie à outrance. Il y avait un net clivage entre les deux populations et pourtant chacune dépendait de l’autre. Sky observait tout ce monde inconnu depuis sa moto. Quand les premières lueurs orangées apparurent dans le ciel, elle aperçut enfin la propriété de sa tante. Le Refuge du Ciel. Sky sourit au nom. Elle ralentit pour passer le portail et alla jusqu’à la maison. C’était une grande bâtisse de plein pied avec une grange attenante. Un bâtiment que l’on ne voit plus que dans les livres aujourd’hui. Elle éteignit sa moto et la gara. A ce moment-là, une femme ouvrit la porte armé d’un fusil à pulsation et un chien se mit à aboyer devant elle.

« Qui êtes-vous ? Et que venez-vous faire ici ? »

Sky regarda sa tante amusée et impressionnée. La vie dans les Entre-Deux lui avait réussi. La jeune fille reconnu enfin qu’elles avaient chacune besoin de vies différentes. Que pour chacune réussir sa vie signifiait quelque chose de différent. Sky enleva son casque et leva les mains devant elle :

« C’est toujours ainsi que tu accueilles tes visiteurs, Tatie. »

Sky utilisa le vieux surnom de sa tante pour dissiper la tension. Celle-ci avait toujours détesté ce surnom, ce qui encouragea la plus jeune. Sa tante lâcha son fusil et s’approcha de sa nièce :

« Tu es enfin venu. Je commençais à désespérer.

-Je sais. Je suis désolée mais tu m’as tout à toi pour un mois. Si tu veux de moi, rajouta Sky timidement.

-Bien ! nous avons du temps à rattraper, répondit sa tante éliminant les dernières traces d’appréhension, Viens ! »

Sa tante lui fit signe en repartant vers la maison et Sky la suivit.